Défendre l'humanité en protégeant son patrimoine : un nouveau mandat pour les opérations de paix onusiennes / Mathilde Leloup ; préface de Frédéric Ramel, Monographie imprimée

Main Author: Leloup, Mathilde, AuteurSecondary Author: Ramel, Frédéric, 1972-...., PréfacierLanguage: français.Country: France.Publication : Paris : Dalloz, DL 2021Description: 1 vol. (XVIII-665 p.) : ill., carte, couv. ill. ; 24 cmISBN: 978-2-247-20746-6.Series: Nouvelle bibliothèque de thèses, Science politique, 1776-6168, volume 47Classification: IA.1Abstract: A partir de juin 2012 le groupe terroriste Ansar Dine s'empare du Nord du Mali. De nombreux sites historiques et culturels sont alors détruits et pillés. Le 25 avril 2013, le Conseil de Sécurité charge la Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation au Mali (MINUSMA) par le biais de l'alinéa f) de la résolution 2100 de « protéger les sites culturels et historiques du pays contre toutes attaques, en collaboration avec l'UNESCO ». Or, les sites historiques et culturels du pays réhabilités et reconstruits en priorité par l'unité ‘Environnement et Culture' de cette opération ont été les sites classés sur la liste du patrimoine mondial, à savoir les mausolées de Tombouctou. Alors qu'en 2015 le groupe terroriste ISIS entame une campagne de destruction systématique des sites du patrimoine mondial irakiens et syriens, la protection du patrimoine culturel par la MINUSMA devient le symbole de la défense de l'humanité face à l'inhumanité, de la civilisation face à la barbarie. Fondée sur une observation participante à l'UNESCO et au Département des Opérations de la Paix de l'ONU, mais également sur des entretiens avec les fonctionnaires onusiens au siège et sur le terrain des opérations de paix ainsi que sur un travail d'archives, cette thèse vise à comprendre comment une initiative ponctuelle et locale telle que la protection du patrimoine culturel par la MINUSMA est devenue, à la faveur d'un contexte de crise, le cœur d'une rhétorique prétendant à l'universalisme. Afin de faire de la MINUSMA un précédent pour les futures opérations de paix, trois types d'acteurs (l'UNESCO, sa Directrice Générale et certains de ses Etats membres) ont en effet donné corps à l'humanité par le biais de son patrimoine commun : en identifiant les coupables (par un processus de criminalisation) et les victimes de sa destruction (par un processus de victimisation) mais aussi ses défenseurs (par un processus d'héroïsation).‎ (site web de l'éditeur).Bibliography: Bibiogr. p. [581]-649. Notes bibliogr. Index. Chronol..Thesis: .Subject - Corporate Author: Nations Unies, Forces armées | Unesco Subject - Topical Name: Patrimoine culturel, Protection, Coopération internationale | Intervention (droit international) -- Mali 2000- | Aide humanitaire -- Mali 2000- | Organisations internationales | Guerre du Mali (2012-....) Destruction et pillage | Guerre du Mali (2012-....) -- Destruction et pillage Tombouctou (Mali) List(s) this item appears in: 2022-expo-Archéo-rdc
Item type Home library Collection Call number Status Date due Barcode Item holds
Prêt normal Bibliothèque provisoire Bron
Salle de lecture
Politique 327.17 LEL (Browse shelf (Opens below)) Available 0380801591
Total holds:

Bibiogr. p. [581]-649. Notes bibliogr. Index. Chronol.

Texte remanié de Thèse de doctorat Science politique Paris, Institut d'études politiques 2019

A partir de juin 2012 le groupe terroriste Ansar Dine s'empare du Nord du Mali. De nombreux sites historiques et culturels sont alors détruits et pillés. Le 25 avril 2013, le Conseil de Sécurité charge la Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation au Mali (MINUSMA) par le biais de l'alinéa f) de la résolution 2100 de « protéger les sites culturels et historiques du pays contre toutes attaques, en collaboration avec l'UNESCO ». Or, les sites historiques et culturels du pays réhabilités et reconstruits en priorité par l'unité ‘Environnement et Culture' de cette opération ont été les sites classés sur la liste du patrimoine mondial, à savoir les mausolées de Tombouctou. Alors qu'en 2015 le groupe terroriste ISIS entame une campagne de destruction systématique des sites du patrimoine mondial irakiens et syriens, la protection du patrimoine culturel par la MINUSMA devient le symbole de la défense de l'humanité face à l'inhumanité, de la civilisation face à la barbarie. Fondée sur une observation participante à l'UNESCO et au Département des Opérations de la Paix de l'ONU, mais également sur des entretiens avec les fonctionnaires onusiens au siège et sur le terrain des opérations de paix ainsi que sur un travail d'archives, cette thèse vise à comprendre comment une initiative ponctuelle et locale telle que la protection du patrimoine culturel par la MINUSMA est devenue, à la faveur d'un contexte de crise, le cœur d'une rhétorique prétendant à l'universalisme. Afin de faire de la MINUSMA un précédent pour les futures opérations de paix, trois types d'acteurs (l'UNESCO, sa Directrice Générale et certains de ses Etats membres) ont en effet donné corps à l'humanité par le biais de son patrimoine commun : en identifiant les coupables (par un processus de criminalisation) et les victimes de sa destruction (par un processus de victimisation) mais aussi ses défenseurs (par un processus d'héroïsation).‎ (site web de l'éditeur)

Lyon 2 est membre fondateur de l'Université de Lyon
Université de Lyon

Powered by Koha